Maman est malade dans sa tête.

Il y a deux mois, ma mère a été diagnostiquée avec un trouble bipolaire. Son humeur alterne donc entre des semaines de phases maniaques et des phases de profonde dépression. Sur le coup, ç'a été un choc pour ma famille. Mais à bien y penser, ça expliquait bien des choses que j'ai vécues dans mon enfance et mon adolescence.

Ça n’enlève rien à ma mère, t'sais. Elle a arrêté de travailler pour s'occuper de mes frères et de moi à la maison. Elle est venue nous chercher à l'école quand on faisait semblant d'être malades. Elle a décoré la maison à Noël et à l'Halloween comme dans les films. Elle nous a organisé les meilleures fêtes d'anniversaires imaginables pour des jeunes enfants. Elle a pris soin de nous élever afin qu'on puisse devenir les jeunes adultes indépendants que nous sommes aujourd'hui.

Mais des fois, elle pleurait beaucoup. Étant très jeunes, on ne comprenait pas vraiment pourquoi maman était triste… On était impuissants face à cette peine, tout comme mon père qui ne savait pas comment la consoler dans ses excès de larmes qui semblaient sans fin.

maladie, corps, tristesse

Source: http://sotick.tumblr.com/

Vers l'âge de 7 ans, ma mère m'envoyait dans ma chambre des journées de temps parce que je l’exaspérais. Ayant toujours eu un gros caractère, je la poussais souvent à bout avec mes infinis questionnements. Je réalise aujourd'hui qu'elle ne pouvait pas s'occuper de trois enfants sans mon père qui était souvent absent pour son travail. Elle a toujours été bipolaire même si elle n’a été diagnostiquée qu’à 50 ans.

maladie, solitude, entourage

Source: http://melodyhansen.tumblr.com/

À ce moment, j'ai commencé à rassembler les pièces du casse-tête. Les disputes que j'avais avec elle à l'âge de 16 ans, où on aurait dit deux ados qui s'engueulent sur des sujets sans queue ni tête. La constante impression de compétition et de jalousie. Les prises de tête interminables jusqu'à ce que je parte de la maison à 19 ans. Tout fait maintenant du sens. 

J'ai ainsi peu à peu laissé se dissiper la douleur et la rancœur que j'avais envers elle. Parce que ce n'était pas elle que je méprisais, mais la maladie qui s'est emparée d'elle. 

Maman, je comprends maintenant pourquoi tu es comme tu es. Tu nous as tellement donné et pris soin de nous, c'est maintenant à notre tour de prendre soin de toi. Tu es une maman formidable et je te suis reconnaissante pour tout. Car la femme que je suis devenue aujourd'hui, c'est à toi que je la dois.