Faits Vécus

Comme j’ai décidé d’effectuer éventuellement un changement de carrière, mais que je ne veux pas quitter la Californie d’ici un mois pour autant, il me faut donc une petite jobine. Sans toutefois devenir un travailleur illégal. En discutant avec une amie d’mon plan de peut-être travailler dans une auberge de jeunesse, elle m’a déniché le site WorkAway, qui est en fait destiné à ceux qui veulent être logés, et parfois nourris, en échange d’un ou plusieurs services ou travaux. Le site demande par contre un peu de ton argent (une trentaine de dollars par année) afin de pouvoir postuler aux offres des hôtes. Comme ce serait un peu dommage de débourser de l’argent dans le vide, advenant que tu ne trouves aucune annonce intéressante, le site te permet de survoler toutes les offres avant de t’inscrire. Ce que j’ai donc fait.

Californie, Voyage, Aventure

Aussitôt, trois annonces ont capté mon attention et je les ai donc mises en favoris afin d’y revenir plus tard. L’une d’entre elles me proposait de loger pour un maximum de trois semaines chez une famille dont l’hôte exige de son invité qu’il lui apprenne le français et qu’il l’aide aux tâches ménagères quotidiennes. Pas pire du tout comme offre. Toutefois, avant de me décider, je devais, auparavant, vérifier les commentaires de ceux ayant déjà participé à de telles offres et effectuer d’autres recherches sur le web pour, à la fin, faire un choix éclairé et intelligent.

En même temps, je suis encore dans ma passe que j’ai envie de rien faire, hormis écrire et passer du bon temps sur la plage. Je me suis donc dit que j’allais prendre mon temps et que d’y aller au jour le jour était une bonne chose. Il me reste que quelques jours chez le premier couchsurfing de mon périple et ensuite, je vais à Pacific Beach pour cinq jours afin de réfléchir à la suite de mon périple. Je crois que c’est pendant ces cinq jours-là que j’vais me décider… Est-ce que je vais travailler chez un inconnu? Est-ce que je vais travailler dans une auberge de jeunesse ? Vais-je à San Francisco? Est-ce que je passe mes journées dans les cafés afin de me trouver des contrats de rédaction, de gestionnaire de communautés et/ou de graphisme?

Tant de questions. Aucune réponse encore. Ce qui est parfait, c’est que je me laisse maintenant guider par la vie. C’est encore vraiment flou, mais moins qu’en juin, ce que j’aimerais faire de ma vie. Tout ce que je sais, c’est que je me plais beaucoup à Pacific Beach, mais c’est plus une ville de vacanciers qui font la fête après une journée à la plage qu’une ville sérieuse de travailleurs acharnés. Une chance que ce n’est pas loin de San Diego!

Plage, Californie, Voyage

L’une des autres raisons qui m’a poussé à tout quitter et à partir à l’aventure sous le chaud soleil de la Californie, c’est qu’en tant que hopeless romantic (ben oui, je m’assume), j’avais vraiment du mal à vivre avec le fait que je subissais sans cesse les contrecoups de ma malchance amoureuse. Pour toi qui me connais, peut-être pas, dis-toi qu’il n’y a jamais rien qui fonctionne et que j’ai aussi la malédiction suivante : chaque gars que je fréquente quelque semaines ou quelques mois finit par abandonner le plan de me fréquenter et est en couple quelques temps plus tard. J’ai déjà pensé à aller consulter une voyante qui purifie les âmes ou quelque chose comme ça, tellement que ça pas de sens, ma vie amoureuse catastrophique.

Bref, dans mon premier article, je te disais que je partais avec l’espoir que le gazon soit moins jaune chez nos voisins ou, autrement dit, que la roue tourne enfin. Résultat des courses? Je dirais que ce n’est pas pire qu’avant, mais que rien n’a tourné.

Comme il est important que je sois transparent en écrivant ces articles, je t’explique. À San Francisco, j’étais censé rencontrer, dès mon arrivée, un gars avec qui je discutais depuis un an et avec qui je partageais tout de temps en temps. On avait planifié la journée et il était partant pour me faire découvrir la ville. Par contre, la journée en question, il n’a plus répondu à mes messages et, à ce jour, mes messages demeurent sans réponse. Comme ce n’était pas la première fois qu’une telle mésaventure m’arrivait, je n’ai pas tâché de comprendre et je me suis juste dit qu’il perdait la chance de me connaître. Mais on va s’le dire, c’est tellement la pire manière d’agir. Un petit message pour expliquer la fatalité, c’est simple et ça fait moins chier.

Californie, Voyage

Ensuite, samedi dernier, j’ai eu ma première véritable date en sol américain avec un Mexicain vivant à San Diego. Je l’avais rencontré sur une application, comme il est courant de nos jours. Quant au plan de la soirée, il s’est dessiné au fur et à mesure qu’on discutait. J’avais un peu bu avant dans le but de rendre mon anglais un peu plus fluide. On a donc finalement convenu d’aller nous promener sur la plage de Coronado après un petit souper dans un restaurant mexicain, évidemment. On a donc regardé le coucher du soleil qui s’effectuait, les fesses dans le sable. Les conversations allaient bon train. Les temps morts se faisaient discrets. Il m’a ensuite amené dans deux bars qu’il aimait du quartier Hillcrest. Et finalement, après quelques verres, il m’a embrassé sur le plancher de danse du deuxième bar.

Comme je devais revenir pour minuit puisqu’il s’agit de l’heure maximale que mon hôte s’couche et que je suis une personne pas contraignante, la soirée ne s’est pas éternisée. Il est venu me reconduire là où je dors, nous nous sommes embrassés de nouveau et nous nous sommes dit qu’il serait plaisant de recommencer le tout bientôt. Cependant, j’ai la triste nouvelle de vous annoncer, qu’il n’y aura pas de très bientôt et que depuis cette soirée, c’est le calme plat puisque tout le monde débute une conversation sans la terminer.

Bref, la roue tournera un jour. La patience est une vertu. Chaque chose en son temps.

Ce sont des phrases que j’me répète ces temps-ci en plus de me dire qu’il faut que j’arrête d’rendre ça big deal puisque je suis en Californie et que la vie n’pourrait pas être plus belle qu’elle ne l’est en ce moment.

Un article de
Kven Efimero's Avatar
Kven Efimero

Le Cahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à [email protected]!

Mes articles 
Articles suivants
Article Featured Image

Douce, mais forte!