Lookbook Mode & Beauté

Dernièrement, on a eu le party des collaborateurs du blogue Le Cahier et on s’est mis à parler de ce que c’était « avoir 30 ans » et ça m’a fait pensé à mes dix dernières années. C’est fou comme le temps passe vite. On dirait que j’ai eu 30 ans hier, mais c’était en juillet. On dirait que j’ai quitté les bancs d’école hier, mais c’était il y a huit ans. Ouf. Oui: ça va vite. Être entrepreneure depuis sa sortie de l’université, ça change plusieurs choses dans la vingtaine. Est-ce positif ou négatif, je ne saurais jamais dire, mais je sais que ça fait en sorte que ton parcours est différent que celui de beaucoup de tes amis… J’aime me rappeler de mes bons coups et de mes erreurs pour apprendre de mon parcours et me souvenir de comment j’ai réagit face à certaines situations. Parfois, je m’étonne d’être jalouse de jeunes femmes au début de la vingtaine. Pas pour tout, loin de là, je dis souvent que c’est à 27 ans que je me suis enfin sentie vraiment bien avec qui j’étais. Non, je jalouse le fait qu’elles ont toutes leur vingtaine devant elle, cette décennie où j’ai eu tant de plaisir à prendre tant de risques. En même temps, je les jalouse un peu, mais je ne sais pas ce qui m’attend moi pour les dix prochaines années. Peut-être que ce sera encore mieux, qui sait?

Si on parlait de responsabilités…

Quand on se lance en affaires au début de la vingtaine, souvent, c’est qu’on ose le faire avec moins de calculs que quelqu’un de trente ans. Pourquoi? Tout simplement parce qu’on a moins à perdre. Souvent, on n’a pas encore de paiement hypothécaire, on n’a *souvent* pas d’enfants et très peu de responsabilités. En effet, au début de la vingtaine, notre vie est encore une feuille presque blanche côté obligation et on peut donc se lancer dans le vide, c’est à dire à son compte ou en affaires sans avoir peur de perdre trop de ces trucs pour lesquels on a travaillé si fort.

Si on parlait d’énergie

Je n’ai jamais cru quand les gens disaient qu’à tel âge ou à tel âge se réveiller d’une soirée arrosée serait plus difficile ou que les huit heures de sommeil deviendraient importantes. Je me sentais invincible à vingt ans. Et je l’étais quand même plus qu’aujourd’hui. Oui, à trente ans je ne dors pas encore huit heures par nuit, mais je deviens fatiguée plus rapidement que je ne l’étais avant et je fais plus attention à ce que je mange afin de me sentir bien tout au long de la journée.

Si on parlait d’erreurs

Oh que j’en ai fait! Au tout début de ma carrière, je voyais chacune de mes erreurs comme une montagne. Je n’acceptais pas que me tromper faisait partie du processus. La chose à apprendre: il faut savoir accepter ses erreurs et tout faire pour les réparer parce que c’est sûr qu’on va en faire. Naturellement, comme on est notre propre patron et/ou le patron d’autres personnes, on doit apprendre à faire le tout la tête haute. C’est un mélange d’humilité et de fierté.

Refuser d’être juste la belle jeune fille

J’aimerais vous dire que d’être une femme ne change rien, mais je mentirais. Quand j’ai tout commencé, du haut de mes 21 ans, souvent, on me traitait de «petite fille» ou de «belle fille». On a le droit de refuser de se faire appeler ainsi. Et de se montrer comme la femme forte que l’on est (je suis sûre que certaines lectrices vont se reconnaître ici: vous êtes fortes et personne ne vous enlèvera cela). À trente ans, c’est plus facile de ne pas recevoir ces commentaires tout le temps et j’avoue qu’ils ne me manque pas. On dirait que les petites rides qui ont apparu sur mon visage ont fait en sorte qu’on ose moins m’infantiliser. Tant mieux pour moi, mais j’espère un jour où on saura reconnaître que la jeune de vingt ans qui se lance n’est pas une enfant, c’est une adulte qui a des couilles de se lancer et qu’on devrait encourager.

La famille: il faut la conjuguer avec le travail

À vingt ans, la famille, c’est dire à ses parents qu’on lance son entreprise et leur faire (souvent) peur parce que notre vie financière devient incertaine. À trente ans, si on n’a pas encore d’enfants, c’est de se poser des questions. Je suis là, à me dire que j’ai trente ans et que je dois me faire un plan pour les dix prochaines années.

Je veux continuer cette réflexion avec vous: quelles questions avez-vous pour moi par rapport à ma vie d’entrepreneure?

Le look:

Chandail – Le Trunkshop

Pantalons – Reitmans

Chaussures – Aldo

Montre – Timex

Boucle d’oreilles – Thomas Sabo

Maquillage – Ela Rossi

Photos – Guillaum

Un article de
Camille Dg's Avatar
Camille Dg
Fondatrice & Rédactrice en chef

Camille est la fondatrice du site. Jeune femme qui carbure aux projets, un défi n'attend pas l'autre. Camille est une véritable globe-trotter qui quitte le...

Lire la suite
Mes articles 
Articles suivants
Article Featured Image

Les faux cils magnétiques: On adopte ou on abandonne?