Style de vie

Le 25 mars 2017

Chère moi du future,

Toute ton enfance, tu voulais faire partie du monde des « grands ». Maintenant que t’es une adulte, il te semble bien agréable le temps où ton seul problème était de savoir de quelle couleur dessiner les fleurs dans ton cahier… J’espère que le temps t’a fait du bien et que tu es satisfaite de la vie que tu as maintenant, de la personne que tu es devenue. J’espère sincèrement qu’entre « l’ancien toi » et le « toi du présent », on a réussi à figurer les petits tracas de la vie et que tu es enfin heureuse. Sache que la personne que je suis aujourd’hui, du haut de mes 24 ans, bien elle a pris des risques, tous plus fous les uns que les autres, parce que je le sais que t’avais besoin que je le fasse. Que NOUS en avions besoin! T’as été ma motivation quotidienne parce que chaque jour, je sentais que je m’approchais un peu plus de toi. Mais sache que la Franceska du présent est pas mal fière du chemin que t’as parcouru jusqu’à maintenant. Sauf que je te souhaite encore pas mal d’affaires…

voyage, enfance, souvenirs, lecture, trip

Je te souhaite d’avoir finalement réussi à oublier et pardonner

Pardonner. Dans le mot « pardonner », t’as le mot « donner » puis « donner » tu l’as fait plus souvent qu’à ton tour. Puis t’avais quoi toi en retour? Rien. Mais tout ça, c’est pas important. Il faut que tu laisses derrière toi tes démons du passé et que tu continues d’avancer.

S’il y a une seule chose que je te souhaite, ma vieille, c’est d’avoir réussi à pardonner. Tire un trait sur le passé, sur tout ce qui te « tire » du jus. Choisis de laisser tes succès te définir et de te libérer du poids de tes regrets. Choisis d’être heureuse. Tout simplement.

Je te souhaite d’être parvenue à te faire confiance

Arrête de douter de tes talents, de tes sentiments, de la personne que tu es. La vie est trop courte, donc arrête de stresser pour rien. Tu te méfies de toi-même alors que tu racontes à tes amis qu’ils peuvent compter sur toi, c’est un peu contradictoire, non? Cette incertitude qui t’habite, il faut la chasser, c’est devenu pour toi un réflexe, un automatisme et une mauvaise habitude. Un peu comme boire directement dans le carton de lait, tu le sais qu’il ne faut pas, mais tu le fais pareil. Les connaissances, tu les as. La personnalité, tu l’as. L’ambition, tu l’as aussi. Fonce. T’as rien à prouver à personne, à part toi peut-être.

Je te souhaite d’être devenue une mère aussi formidable que ta mère l’a été pour toi

Avoir une mère qui te répète jour après jour que tu vas réussir et que t’as le potentiel pour devenir quelqu’un de spécial, ce n’est pas donné à tous. Spécial dans le sens d’exceptionnel et unique, pas spécial dans le sens de bizarre. Si t’as réussi à être pour tes enfants (j’espère que t’as eu une paire de jumeaux puis qu’après c’était fini) ne serait-ce que le dixième de ce que ta mère représente à tes yeux, t’as réussi. La plus forte, c’est ma mère. Puis c’est le cas de le dire. C’est ta mère, ta confidente, ton modèle et ton amie à la fois. Appelle-la donc d’ailleurs, elle doit encore avoir besoin d’aide avec son ordinateur puis toi, t’as besoin d’une gardienne…

J’espère que tu te considères comme une femme accomplie

Accomplie professionnellement, mais aussi émotionnellement. Que t’as réussi à devenir la personne que tu voulais. Que tu sois en mesure de te dépasser chaque jour pour devenir la meilleure version de toi-même. Que tu te fasses encore tes soirées de filles avec tes amies et que votre ami Simon soit le seul gars accepté. Que tu sois devenue la journaliste que t’as toujours voulu être, mais aussi l’épouse d’un homme aimant. Je te souhaite d’avoir trouvé un homme qui t’aime pour vrai et avec qui tu es heureuse. Si jamais t’es divorcée ou séparée, je te souhaite d’être en paix avec la situation. Si jamais t’as pas trouvé le bon, t’es peut-être juste trop difficile finalement. Bien quoi? Un beau, grand, foncé, musclé, drôle, souriant, sportif, ambitieux, bon en cuisine et j’en passe, c’est peut-être un peu trop? Bref, je te souhaite d’être fière de la personne que tu es devenue et que tu te lèves chaque matin le sourire aux lèvres.

J’espère que tu continues de te dépasser chaque jour

Profite de chaque nouvelle connaissance, chaque nouvelle aptitude et chéris chaque nouvelle expérience. Ne prends jamais la voie de la facilité. À l’Université, ça n'a pas toujours été facile, rappelle-toi, le « struggle ». Le nombre de nuits blanches que t’as passées et les larmes de fatigue que t’as versées… Mais t’as jamais cessé d’essayer, même quand personne regardait. Maintenant que tu es là où t’as toujours voulu être, je te souhaite de vivre encore plein de « premières fois ». Première maison, premier (et dernier j’espère) mariage, premier enfant, première retraite…

J’espère que ta relation avec la nourriture s'est stabilisée

Pendant longtemps, tu t’es sentie coupable de la relation que t’avais avec la nourriture. T’avais développé un sentiment de haine avec elle et ça nuisait à ton estime personnelle. Pendant longtemps, le sentiment de contrôle t’habitait quand tu t’empêchais de manger. Tu voulais contrôler ce qui entrait dans ton corps. Quand ta mère s’en est aperçue et qu’elle t’a obligée à t’alimenter, t’as senti que t’avais perdu le contrôle, puis t’as pas aimé ça. Ça fait que t’as commencé à te faire vomir en cachette. L’alimentation, c’était pour toi l’ennemi à battre. Mais t’as appris à traiter ton corps comme il le méritait, t’as appris à t’aimer avec tes petites poignées d’amour et tes triples mentons. Je te souhaite sincèrement d’avoir réussi à faire la paix avec les calories et à traiter ton corps avec respect. Qui sait? T’es peut-être bien même mariée à un grand chef?

J’espère que tu parcours le monde

Respire un grand coup. Okay. Maintenant, regarde tes pieds, regarde alentour. Où es-tu? Vois-tu la nature? Sens l’odeur des arbres, caresse les fleurs du bout des doigts et écoute le chant des oiseaux. T’as grandi dans un milieu souverainiste qui refusait de s’ouvrir sur le monde. Ton village était tellement petit que les gens fixaient les inconnus qui osaient s’y aventurer. Ça t’a étouffée et t’as eu envie de partir. Partir au cégep à une heure de route, pour commencer. C’était pas assez. T’es partie en Alberta puis t’as compris que le voyage, t’avais ça dans le sang. Découvrir des nouveaux paysages, une nouvelle culture, partager vos différents vécus et apprendre des autres, ça te fait vibrer. T’as visité le Canada pour commencer, les États-Unis, Cuba, le Mexique, le Kenya, l’Inde, Paris, Londres… Ton accessoire fétiche est devenu ton sac à dos et t’as parcouru le monde, assoiffée de nouvelles rencontres et la tête remplie de souvenirs. Je te souhaite de continuer de t’émerveiller de chaque nouvelle ville, chaque pays, chaque continent.

J’espère que tu t'es trouvée

Je te souhaite tellement d’avoir choisi d’être heureuse, d'avoir décidé que de pleurer chaque soir en te rappelant tes démons du passé, ça ne servait à rien. Choisis d’aimer la personne entière que tu es, avec tes petits défauts (ben oui, on le sait que t’es jamais à l’heure), mais aussi tes qualités. La vie, ce n’est pas juste une course avec un point de départ et un point d’arrivée. Entre les deux, il y a des « serpents », mais aussi des « échelles ». Sois patiente envers toi-même. Détends-toi.

Mais plus que tout, j’espère que tu n’as pas oublié d’où tu viens.  

J’en peux plus d’enfin pourvoir te rencontrer,

Franceska, 24 ans.

Un article de
Franceska Hébert's Avatar
Franceska Hébert

Mes articles 
Articles suivants
Article Featured Image

L’altruisme est égoïste