Lookbook Mode & Beauté

La semaine dernière, j’ai participé à une conférence à Montréal traitant de la montée des influenceurs dans la sphère du voyage. J’étais heureuse d’être invitée pour parler de mon expérience. Juste en 2017, je me suis rendue à Tahiti, à Hawaii, en Jamaïque, à la Barbade, en France, en Californie et plus encore pour le travail. Je le dis sans le cacher, c’est ce que j’aime le plus de mon boulot: faire le tour du monde. J’ai la chance de parfois être accompagnée de mon amoureux, d’autres fois par des collègues de travail et parfois avec des amies blogueuses des quatre coins du monde. L’arrivée des influenceurs dans le monde des médias a transformé notre manière de consommer du contenu. Lors de la conférence, j’ai eu la chance d’aborder divers aspects de mon travail et je me suis dit que tout le monde pourrait en profiter et d’en faire un article.

J’ai commencé à vous parler de mon métier dans un article où je parlais de ce qu’est le travail de blogueur (à relire ICI) et même de l’achat de fans (c’est à lire ICI). Cette fois, je vous parle de ce qu’est le travail d’un influenceur voyage.

 

Les influenceurs voyage font peur à l’industrie et aux journalistes. On le dit tout de suite: ce n’est pas la même chose. Je ne me targue pas de prendre la place d’un journaliste quand je suis invitée en quelque part par une marque comme quand je me rends à St-Tropez pour vivre quatre jours de luxe avec Veuve Clicquot. Je joue davantage dans les plates-bandes du journalisme quand je me rends à la Barbade pour couvrir la premier festival de plongée du pays. Est-ce grave? Non, c’est une manière différente d’aborder le contenu. Les influenceurs voyage, comme moi, sont des gens qui voyagent parce que des marques, des offices de tourisme, des compagnies aériennes ou autres les invitent à découvrir une région ou vivre une expérience. J’ai la chance de pratiquer ce métier fabuleux qui est en pleine effervescence. Diverses études ont prouvé l’importance des influenceurs voyage au sein d’une campagne de marketing. Ces derniers présentent l’endroit ou l’expérience au «je» grâce à un storytelling très personnel qui s’approche du bouche à oreille moderne. Toutefois, comme c’est encore nouveau, lors de collaborations, plusieurs erreurs se glissent. Je vous partage donc quelques meilleures pratiques!

Ce que les compagnies de PR et les offices de tourisme doivent savoir:

  • Les influenceurs voyage ne sont pas des infopub, ils ne vont pas mettre nécessairement des photos de chaque seconde du voyage avec exactement la liste de toutes les activités comme vous l’espérez. Ce n’est pas la réalité.
  • Il vaut mieux s’entendre d’avance sur le contenu, le type, le nombre désiré, etc. Ainsi, avec des demandes claires concernant vos attentes de couverture, on s’assure qu’il n’y aura aucune déception.
  • Les blogueurs et influenceurs voyage ne sont pas des journalistes (certains le sont aussi, mais ce n’est pas leur rôle) et ils ne couvrent donc pas le contenu de la même manière. Un journaliste veut peut-être visiter chacun des types de chambres qu’un hôtel peut offrir, pas le blogueur. Ce dernier raconte son expérience à son lectorat.
  • Les influenceurs voyage qui ont une grande communauté Instagram vont avoir besoin de temps pour faire de la création de contenu et prendre des photos. Il vaut mieux leur donner ce temps puisque tout le monde en sortirant gagnant.
  • Quand on est avec vous, sur place, on ne vous appartient pas. Les influenceurs voyage vont vouloir participer aux activités. Mais ils auront aussi besoin de temps pour travailler sur leurs autres projets et oui il vont peut-être publier des photos qui n’ont aucun lien avec votre voyage, ils ont un calendrier éditorial et c’est normal, ça n’enlève rien à votre contenu.

Ce que les influenceurs doivent comprendre:

  • Il est normal qu’on reçoive des demandes avant le début du voyage. C’est à nous de s’assurer que le tout nous convient avant d’accepter le voyage ou pas.
  • Si on accepte le voyage, on y va. On n’annule pas dernière minute.
  • On n’est pas invité en vacances. C’est du boulot. Si l’itinéraire ne nous convient pas, il faut le dire à l’avance et non pas sur place. De plus, il faut comprendre que les agences de relations publiques qui organisent le voyage disent aux propriétaires de restaurants et d’activités le nombre de personnes prévues et la visibilité qu’ils peuvent espérer avoir. C’est donc à nous de faire en sorte que ce soit clair avant qu’on soit là-bas.
  • Certes, on veut souvent LA photo parfaite. Mais on ne peut pas faire attendre le groupe au complet pendant une heure pour l’obtenir. Il faudra donc faire des compromis parfois et apprendre à avoir la bonne photo rapidement.

Blogueurs qui me lisent: est-ce que j’oublie quelques points? J’ai hâte de vous lire!

PS: Ce look que vous voyez dans l’article est celui exact que j’ai porté lors de ma conférence au Palais des congrès de Montréal!

 

Le look:

Robe – Marshalls

Sac – Winners

Lunettes – IRIS

Souliers – vintage de ma collection personnelle

Montre – Timex

Photos – Andrée-Anne Joly

Un article de
Camille Dg's Avatar
Camille Dg
Fondatrice & Rédactrice en chef

Camille est la fondatrice du site. Jeune femme qui carbure aux projets, un défi n'attend pas l'autre. Camille est une véritable globe-trotter qui quitte le...

Lire la suite
Mes articles 
Articles suivants
Article Featured Image

Guide - à la découverte du Maine