Le Mal Nécessaire : l’ananas qui fait du bien

Depuis ce printemps, une nouvelle destination pour les noctambules s’est installée dans un quartier où l’on n’a pourtant pas l’habitude de sortir : le quartier chinois. Sur Saint-Laurent, presque au coin de René-Lévesque, si vous regardez bien comme il faut, vous y verrez un ananas en néon vert fluo qui vous invite à descendre les quelques marches qu’il surplombe pour entrer dans l’univers tiki-chic du Mal Nécessaire, un établissement signé David Schmidt. J’y ai emmené Camille pour Le Cahier version télé.

Julio Mendy, barman au Mal Nécessaire

Julio Mendy, barman au Mal Nécessaire

15350711531_50791f4682_h

Si vous connaissez un peu le Mile-End, vous savez sans doute que le p’tit Schmidt a quelques réussites sur son bulletin avec le restaurant Maïs et le Café Sardine, notamment, mais aussi avec le Datcha, ouvert plus récemment. Avec ce flair qu’on lui connaît bien, il a senti qu’il y avait quelque chose à faire dans le quartier chinois et que l’intérêt pour les cocktails tiki allait grandissant. On aurait pu le traiter de fou de vouloir s’installer dans un demi-sous-sol qui n’a, à première vue, rien de bien excitant. Mais David a vu juste : le Mal Nécessaire, avec son concept et son emplacement, fonctionne très bien… et donne envie aux blogueurs d’abuser des titres faisant allusion à la dichotomie bien-mal. M’enfin.

Godard à la plage 

Au Mal Nécessaire, on est dans un décor résolument rétro. On se sent un peu comme dans les films français des années 50 ou 60. On a d’ailleurs choisi le nom, le Mal Nécessaire parce que ça évoquait un peu l’esprit des films de Jean-Luc Godard, fondateur de la nouvelle vague du cinéma français dans les années 60. Et évidemment, ce qui ressort beaucoup de cette ambiance feutrée à souhait, c’est son exotisme : l’inspiration pop-polynésienne est bien présente, jusque dans les cocktails tiki-chics que l’on nous sert.

15350711661_928e16455d_h

15167377647_4fa4986085_h

15167199860_01c55cba8a_h

Le néophyte serait peut-être tenté de penser que pour faire un bon cocktail tiki, il suffit de tout mettre dans un ananas, d’y ajouter un p’tit parasol et pour le maximum d’effets, peut-être un peu d’azote liquide, puisque tout est dans le look, finalement… Eh ben, c’est archifaux. Au Mal Nécessaire, on a cherché à créer des cocktails qui sortent de l’ordinaire surtout et d’abord sur le plan du goût. Il a fallu beaucoup de travail et une recherche pour faire les bons assemblages d’alcools et d’ingrédients divers. Personnellement, je ne suis pas une grande buveuse de cocktails, mais j’avoue avoir « pogner » de quoi avec La Concession française (gin, aperol, amers asiatiques, citron, orgeat) et Le Mal nécessaire (Bourbon, Fernet Branca, Bowmore, ananas, citron, sirop de cannelle), tous deux super bien balancés, goûteux et rafraîchissants. C’est créatif, étonnant et bien exécuté.

15350711721_61035c29b4_h

Et quand on descend les marches et que les gars derrière le bar sont en train de vider les ananas, que ça sent bon le fruit frais et qu’en plus, on vous fait un gros sourire pour vous souhaiter la bienvenue, mettons que ça donne le goût de rester jusqu’à très tard. Et si on a faim, on peut commander des plats au Fung shing, restaurant situé juste au-dessus. Au menu, dumplings et général tao bien épicé.

Y’a pas de raisons de ne pas essayer le Mal Nécessaire. Même si c’est loin.

Sérieux.

15350711811_e2f0f3add0_h

Le Mal nécessaire
1106B, Saint-Laurent, Montréal
(514) 439-9199