Sport & Santé Style de vie

On est en janvier, le mois où les salles d’entraînement se retrouvent soudainement pleines à craquer de gens ayant les meilleures intentions du monde. J’ai été, à quelques reprises, l'une de ces personnes qui part l’année du bon pied et qui essaie de se créer des objectifs réalisables sans trop connaître vraiment ses capacités et ses limites. Ça durait un mois, deux maximum. Je n’ai pas de surpoids, je ne voyais donc pas les résultats de mes efforts sur mon corps, ce qui peut être décourageant.

poids, lift, gym

Source : dribble.com

C’est par hasard, il y a environ 3 ans, que j’ai fini par intégrer l’entraînement à mon quotidien pour de bon et j’avoue qu’aujourd’hui, j’aurais de la difficulté à m’en passer. Je vous raconte.

Je venais de quitter mon copain des 7 dernières années. Je voulais me retrouver, me connaître, voir de quoi j’étais capable toute seule. Je n’avais pas trop évalué qu’est-ce que ça voulait dire, se retrouver toute seule et au début j’ai déchanté pas mal. C’est là que je me suis mise à me chercher un objectif qui me visait moi et seulement moi. Eh bien croyez-le ou non, le défi qui m’interpellait allait se compter en séries de squats et de thrusters, entre autres.

J’avais mal. Tout le temps. Partout. Je me défonçais littéralement, à chaque jour, parfois même deux fois par jour. J’en grimaçais en montant les escaliers, en sortant de l’auto, en ouvrant les portes. C’est devenu mon échappatoire, mon tête-à-tête avec moi-même sans vraiment me retrouver seule, ce qui faisait bien mon affaire. Avec le recul, je crois qu’il y a un parallèle à faire avec le mal intérieur que je refoulais et le mal physique que mon corps ressentait après mes entraînements. J’assumais beaucoup plus ce mal et d’une certaine façon, il reléguait ma peine d’amour au second plan. J’arrivais au gym la tête pleine, je repartais la tête aussi pleine mais moins lourde, plus aérée. La musique et la course, principalement, étaient devenues mes meilleurs alliées.

course, gif

Source : giphy.com

Cela a duré quelques mois, quand même. Je calculais mes calories, je mangeais 6 repas par jour et j’avais des rages de sucre inexplicables. Des rages de beurre d'arachides aussi. Je me suis fait plein d’ami(e)s de gym, j’ai pris 30 lbs de muscles et j’ai développé des périostites. Puis, ça s‘est estompé. La peine et la volonté, parallèlement. J’étais tannée des restrictions alimentaires et des grimaces en montant les escaliers. Sauf que depuis ce temps là, j’ai conscience des bienfaits de l’entraînement sur mon moral. Avant, je le faisais pour la mise en forme physique uniquement. Maintenant, je vois concrètement les effets bénéfiques sur mon humeur, entre autres. C’est un heureux mélange de satisfaction, de sentiment du devoir accompli et d’endorphines. Je ne prône pas l’action d’aller au gym pour ne pas faire face à ses problèmes mais je vous jure que ça aide à y voir plus clair. Ou juste à lâcher prise parce qu’on va se le dire, bien souvent c’est la base du problème qui s’éternise, on le suranalyse.

Ça fait 3 ans de ça, j’ai laissé tomber les 6 repas par jour, je mange du chocolat quand je suis en SPM et je n’ai plus de rages de sucre ni de beurre d'arachides. Je n’ai pas de peine non plus, ma vie est presqu’au beau fixe. Sauf qu’au moins trois fois par semaine, je ressens le besoin d’aller repousser mes limites dans un endroit pas chaleureux qui sent le caoutchouc et la sueur, où il y a plein d’êtres humains qui se pilent un peu sur les pieds mais qui ont tous un but plus ou moins commun : prendre soin d’eux.

Pis moi, je trouve ça pas mal inspirant. J’en parle là, pis j’pense que demain je monte l’inclinaison de mon tapis roulant à 4 ;) xxx Lily B.

Un article de
Lily B's Avatar
Articles suivants
Article Featured Image

Mon top 5: le maquillage en hiver