Faits Vécus

Cette lettre-là, je te la dédie à toi. Oui, à toi. Parce que j’ai encore fait l’erreur d’aller lire les commentaires que les gens laissent souvent, comme ça, sur des articles quelconques et que je suis tombée sur le tien. En dessous d’un article banal qui parlait d’un gars en couple ouvert et non de monogamie. C’était ça le sujet de l’article, mais en lisant ton commentaire, je me doute bien que j’aurais pu le retrouver au bas de bien d’autres articles sur le net. Tu n’as pas laissé ton commentaire là pour mal faire, non, mais il m’a quand même touché droit au cœur. Droit au cœur parce qu’encore une fois, on se permet de juger en fonction de nos principes à nous sans considérer que ceux-ci sont établis en fonction de nos valeurs personnelles et non sur des faits scientifiques prouvés et applicables à tous. Tu m’excuseras si je me suis laissée emporter, mais lis quand même ma lettre, s’il te plaît.

Avant de la lire, par contre, je te suggère vivement de ranger tes préjugés et tes étiquettes dans le garde-robe de l’entrée pis d’ouvrir grand la fenêtre qui sépare ton esprit du reste du monde, question que le tout soit bien aéré. Garde en tête qu’il existe sur terre autant de types de personnes que de personnes et que tout ce que tu liras ici ne porte pas atteinte à la façon dont toi tu as décidé de vivre ta vie. Je te dis ça parce que je vais te parler de relations humaines et amoureuses et que si je sais une chose là-dessus, c’est que tout le monde semble avoir sa petite idée de ce que c’est et de ce que ça devrait être (si tu vois ce que je veux dire). En retour au partage public que tu nous fais de ton idée sur les relations et considérant le fait que j’ai la plume qui me travaille souvent et que j’aime bien donner mon opinion, moi aussi, je vais te partager mon opinion non populaire sur les relations amoureuses d’aujourd’hui.

Source image : Unsplash

Je tiens aussi à préciser que tout ce que tu vas lire aujourd’hui ne prend pas en considération les genres. Que toutes les relations que je vais décrire s’appliquent aux couples de différentes orientations sexuelles. Parce qu’indépendamment du genre et de l’orientation, on est tous des individus qui entrent en relation les uns avec les autres de bien des manières et je considère qu’en 2018, je ne devrais pas avoir à t’expliquer que quand je parle de couples, je ne parle pas uniquement d’un gars hétérosexuel en couple avec une fille hétérosexuelle. Mais par contre, considère aussi que quand je parle de relations, je parle de relations entre deux personnes matures et consentantes qui respectent leurs limites personnelles parce que le respect de soi et des autres, c’est le ciment de toutes les relations saines.

Comme dans n’importe quelle histoire, on commence avec la base. La base, ici, c’est ce que la société normalise. Un couple monogame. Ça a clairement ses avantages, et il y a énormément de gens qui entretiennent ce type de relation ou qui désirent l’entretenir. La majorité, la très grande majorité même. Et c’est correct. C’est beau le gens qui s’aiment et qui se donnent l’un à l’autre en faisant le compromis de toutes les autres relations qui auraient pu être. C’est une belle façon de dire à quelqu’un que c’est lui, ton préféré. C’est ton préféré à un point tel que tu n’as même pas envie de voir si d’autres personnes pourraient aussi être tes préférées. Si je me fie à ton commentaire, tu entretiens une relation monogame avec ton humain préféré, et pour vrai, je suis contente pour toi. Contente que ce soit tellement ça le bonheur pour toi que tu veuilles que les autres le vivent de la même façon eux aussi. Mais si je te disais que ce n’est pas fait pour tout le monde, la monogamie? Tu réagirais comment?

Si je te disais que certaines personnes aiment être seules et avoir des aventures sexuelles avec des individus variés. Des gens qui aiment aimer la race humaine et qui ne sont pas prêts à se lier à une seule personne et faire le compromis de découvrir la connexion qu’ils partagent avec d’autres individus. Des gens pour qui c’est important de se découvrir par le biais de différentes rencontres. Des gens qui laissent leur corps guider leur esprit. Tu me dirais probablement que ces gens-là n’ont pas trouvé la bonne personne, et tu trouverais des excuses pour expliquer leur comportement. C’est vrai, tout le monde aspire à être en couple, non?

Si je te disais qu’il y a des gens en couple ouvert qui dissocient leurs pulsions sexuelles de l’amour à proprement parler. Des gens qui, pour une raison que seuls eux connaissent, décident d’aimer une personne mais de connecter avec d’autres, une fois de temps en temps. Des gens qui sont heureux dans leur relation, des gens qui se respectent et qui connaissent leurs limites. Qui aiment découvrir ce que l’humanité a à offrir sur le plan physique mais qui ont quand même envie de lier leur destin à celui de quelqu’un d’autre. Tu me dirais probablement que c’est de l’infidélité, parce que toi, c’est comme ça que tu le définis. Tu sortirais bien vite tes préjugés de la garde-robe et tu te dépêcherais à dire que ces couples-là, ce ne sont pas des vrais couples, et qu’ils sont juste à deux pas de la rupture. C’est vrai, comment tu peux aimer la personne avec qui tu partages ta vie mais vouloir donner de ton intimité sexuelle à quelqu’un d’autre?

Si je te disais qu’il y a aussi des couples qui ne sont pas monogames, mais qui ne sont pas non plus des couples ouverts. Des gens qui ont plusieurs personnes préférées. Pas comme ceux qui refusent de se lier, ils ont envie de la stabilité de la relation mais ils ont rencontré plus qu’une personne avec qui ils partageaient quelque chose de beau. Parce qu’avouons-le, dans le bassin des gens avec qui tu pourrais potentiellement avoir une histoire, il y en a clairement plus que un avec qui la relation pourrait fonctionner. Et ces couples non monogames, ils ont envie de toutes les expérimenter, ces relations potentiellement fonctionnelles. Tu me dirais probablement que ces gens-là sont fous et qu’ils profitent de leurs partenaires. Qu’ils ont des tendances de gourous et que d’ici quelques mois on va apprendre que ce sont des dirigeants de sectes. Parce qu’on ne peut pas vraiment aimer plus qu’une personne, non?

Je sais, je sais… Peut-être que pour toi ça ne fait aucun sens. Mais je veux juste que tu réalises une chose ; la normalité, ça n’existe pas. Il n’y a rien de normal quand on parle de relations. La seule chose sur laquelle on peut se mettre d’accord, c’est que c’est important que ce soit clair pour toi ce que tu recherches, et que ce soit clair pour les autres qui croisent ton chemin. C’est la seule définition que je donne à la normalité. Entre personnes matures consentantes qui connaissent et ont bien établi leurs limites. Fais juste t’en rappeler quand tu croises un article sur Facebook qui parle d’un non couple avant de dire que clairement le bonheur ne leur était pas dû. Avant de te permettre de faire savoir à tous les internautes que tu maudis les vieilles célibataires frustrées qui excusent leurs comportements déviants sur le dos de leur sexualité non conventionnelle. Fais juste t’en rappeler. Te rappeler que la façon dont les gens choisissent de vivre leur bonheur n’est pas un indicatif de comment tu devrais vivre le tien. Tu l’as trouvé ton bonheur, c’est parfait. Avant d’appuyer sur envoyer, essaie juste de t’en rappeler. Essaie de te dire que le bonheur, c’est aussi ça que ces gens-là aspirent à trouver.

 

Source image principale : Unsplash

Un article de
Sarah-Michèle Barrette's Avatar
Sarah-Michèle Barrette

Le Cahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à [email protected]!

Mes articles 
Articles suivants
Article Featured Image

Les filles du blogue se font des « matching tattoos »