Style de vie

19h10, dimanche 21 juin. Il vente tellement que mon chignon n’en est plus un, les nuages sont tellement épais qu'il n'y aura même pas de coucher de soleil. C'est pas grave, je suis dehors et j'y reste. Ce soir, je prends du temps pour moi, je fais des choses que j'aime, je reste seule, je texte personne, je mange ce que je veux. Ça fait des lunes que je n'ai pas été en tête-à-tête avec moi-même plus de deux heures en ligne mais bon, qu'est-ce que vous voulez que je vous dise, j'hais ça le silence pis les flashbacks.

Pour être honnête, j’me trouve ridicule avec mon set-up de fifille, la playlist «Chansons d’amour» sur mon Apple Music pour m’inspirer un peu dans mon écriture sentimentale. Mais j’suis rendue là, j’ai essayé plein d’affaires pour vider ma tête de fille freak-dépendante-pas-constante-insécure-tête-en-l’air-pas-à-l’écoute-de-ses-émotions pis j’en passe. J’en passe au moins mille. Bon timing, mon avant-dernier potentiel chum qui m’envoie un snapchat pendant que j’me gratte la tête en regardant dans le vide.

playlist

On va parler de lui, tiens,  pendant qu’il se manifeste. Il m’a pas brisé le cœur. Je n’ai pas brisé le sien. Ce n’était pas un échec, ce n’était pas un succès. S’il faut mettre un mot sur mon émotion (j’me force là) je dirais que cette relation-la m’a laissée perplexe. Je sais, ce n’est pas ben ben profond ni touchant ni révélateur, mais c’est le mot qui me vient à l’esprit. Ça a commencé sur les chapeaux de roues, ça a fini en queue de poisson. Classique. Sauf que je l’ai vue venir la fin cette fois-ci. Je pensais même que c’est moi qui allait lui faire de la peine. Mais non, le p’tit avait déjà fait son deuil quand on s’est expliqué au téléphone pour la forme, parce qu’en fait, on savait tellement tous les deux que ça valait plus rien notre affaire, que personne était surpris. (Ouverture du snapchat, Jacob à la pêche en Gaspésie. Fish on. Bravo.) Je pense même qu’on va pouvoir être amis parce qu’on ne s’est jamais aimés. La clé des ruptures heureuses. Pas s’aimer (je blague).

Je blague mais si j’y pense trop, ça me rend triste. Le temps que ça a duré, ça me satisfaisait. (John Legend sur ma playlist, j’vais me répandre, préparez-vous.) Sauf qu’avec du recul, j’me rends compte que j’ai juste subi ce qui arrivait sans me demander si c’est vraiment ce que j’avais besoin, ce que j’attendais d’une relation. Clairement que c’était bien en-dessous de mes standards de passer mes soirées dans un lit, avec un chat agressif qui sent la litière (pis un gars bien sûr) à écouter des films que j’aurais jamais loués pis à avoir juste hâte qu’on passe à l’action (qui arrivait pas assez souvent pis qui durait jamais assez longtemps en plus). Oui, c’était dans un moment de ma vie où j’étais vulnérable, oui ça faisait longtemps que j’avais eu quelqu’un dans ma vie, oui il me faisait rire, oui il s’habillait bien, oui il était gentil mais calvaire qui manquait de quoi. Pas à moi, pas à lui, à nous. Pis c’est triste qu’il a fallu que je rencontre quelqu’un d’autre pour me rendre à l’évidence. Mais ça, c’est une autre histoire.

snapchat chat over head

Le vent vient de pitcher mon Perrier à terre sans cérémonie et j’ai les cheveux dans les yeux. John Legend a laissé sa place à Jack Johnson, c’est trop pour moi. À bientôt.

xxx

Un article de
Lily B's Avatar
Articles suivants
Article Featured Image

Look Cam: Audvik en rouge