Faits Vécus

J’ai toujours eu ce problème de confiance. Un manque d’assurance envers moi-même. J’ai constamment eu peur d’agir par crainte du jugement des autres. Cela vient créer des obstacles dans différentes sphères de ma vie. Que ce soit à l’école, au boulot, entre amis ou bien en amour, cette insécurité me suit partout. Parlant d’amour, j’ai toujours eu cette hésitation de m’ouvrir à quelqu’un. Toujours eu peur que, au final, il soit intéressé par une plus belle que moi. Toujours eu peur qu’il joue un jeu. Toujours eu peur qu’il se rende compte que je ne vaux pas la peine. Toujours eu peur point.

Un bon jour, je suis tombée sur quelqu’un. Je fondais de plus en plus après chaque rencontre. Il était le parfait candidat. Je ne pouvais pas, en fait je ne voulais plus fuir. Je suis venu à la conclusion que je devais faire confiance en quelqu’un et ce sera en lui. Les premiers jours, les premières semaines et les premiers mois passent. Je viens de découvrir ce que c’est l’amour. Je me sens tout simplement bien avec lui. Il réussit à me rendre dans un état comme je ne l’ai jamais été auparavant. Ma place est programmée à être à ses côtés.

Et c’est là que la première faille arrive. Un petit incident que la plupart des gens n’auraient pas porté une si grande attention. Deux ou trois phrases pour tout mettre au clair et le tour est joué. Seulement, de mon côté, ça me gruge en dedans. L’insécurité prend le dessus. Je me dis, en essayant le plus fort possible de me croire, d’arrêter d’angoisser. Pourtant, il voit bien qu’il y a quelque chose qui ne va pas. On s’explique. Il m’écoute. Il me rassure. Tout va mieux.

Cependant, dans les mois qui suivent, chacun des petits problèmes fissurait de plus en plus la première petite faille qui n’avait jamais été complètement guérie. Mon insécurité ne me permettait pas de passer au travers les problèmes quotidiens que les couples vivent. C’est pourquoi une accumulation s’est faite. J’angoissais avec des détails de plus en plus petits. Je me rendais folle. Je le rendais fou.

Il n’agissait pas de façon à ce que j’aie le droit de m’inquiéter sur quoi que ce soit. Je me faisais des scénarios à partir de rien. Je me faisais plus de mal que quiconque aurait pu m’en faire. J’étais irrécupérable. Lorsque c’est rendu que mon manque de confiance affecte autant les gens autour de moi, c’est qu’il y a du souci à se faire. La dernière chose que j’osais espérer c’est bien de rendre malheureux ceux que j’aime. Il croyait que je doutais de lui. Pourtant c’est de moi que je doute. C’est si difficile de prouver à quelqu’un que nous avons confiance en lui au moment où nous n’avons pas la moindre confiance en nous.

Et il a ce matin, où une vague d’insécurité a traversé mon corps en entier. Des questionnements à propos de choses inexistantes me rongeaient… et j’ai craqué. Les mots sortaient de ma bouche sans que j’aie le temps d’y réfléchir. Je l’ai mis à bout. Il a quitté la pièce, il a quitté la maison, il a quitté ma vie.

Alors ce fût le jour où je l’ai perdu… L’amour de ma vie.

Un article de
Madlyne Bourassa's Avatar
Madlyne Bourassa

Le Cahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à [email protected]!

Mes articles 
Articles suivants
Article Featured Image

Il faut se parler de la série Nashville...