Style de vie

Le Festival d’humour de l’Abitibi-Témiscamingue tenait son vingtième festival dernièrement, une édition haute en couleur et remplie de surprises. Native de cette belle région, j’étais honorée d’y assister comme collaboratrice pour LeCahier. Déjà à sa vingtième année, ce festival gagne toujours en popularité. Le festival se déroule sur un site où l’on peut visiter un village minier historique encore habité aujourd’hui.

Avec ces paysages sublimes, quoi de mieux que de rire en plein air, sous un ciel étoilé et comme arrière-plan, des monuments historiques.

  
facebook.com/festivaldhumour

  
facebook.com/festivaldhumour

Malgré le fait que l’Abitibi est considérée comme une région éloignée, de grands noms y sont passés tels que Jean-Michel Anctil, Patrick Huard, Louis-José Houde et j’en passe. Cette année, parmi les têtes d’affiche, on retrouvait Mike Ward, P-A Méthot et Stéphane Rousseau. Le tout, chapeauté par Olivier Marineau, à la tête de l’animation, une animation fraîche et surprenante.

facebook.com/festivaldhumour

Le tout a débuté avec un 5 à 7 d’ouverture, alors que convives et commanditaires ont été accueillis sur un tapis vert. La soirée s’est poursuivie avec la tournée régionale des finissants de l’École nationale de l’humour (ÉNH), soirée qui se déroulait au superbe Théâtre Télébec. Les quatorze finissants de l’ÉNH ont su dilater la ratte des quelque 500 festivaliers présents.


facebook.com/genevievelagroisphotographe

facebook.com/genevievelagroisphotographe

J’ai eu un franc coup de cœur pour Léa Stréliski, avec ses anecdotes auto dérisoires sur les joies familiales. J’en avais mal aux joues!

Le festival se déroulait sur six jours, avec autant des représentations extérieures et intérieures étaient présentées aux invités. La beauté de ce festival est de pouvoir y découvrir les humoristes de la relève comme, pour cette édition, Korine Côté, Étienne Dano et Mehdi Bousaidan.

Évidemment, qui dit festival extérieur, dit allo miss météo. Peux-tu être de notre bord s’il vous plait. Les festivaliers s’y conditionnent et s’y préparent religieusement : poncho du Dollo si le déluge se pointe, une tonne de OFF pour les fameux « tis-amis » de l’Abitibi, écran solaire si la canicule se joint à nous, doudou et bas de laine quand il faut se réchauffer la couenne… Il faut être prêt à toute éventualité!

Les artistes défilaient sur la scène joyeusement et étaient tous hilarants à leur façon. Cette vingtième édition a su en mettre plein la vue et a dépassé les attentes de tous ces fidèles festivaliers. Plusieurs milliers de personnes se sont déplacées des quatre coins de la région, pour vivre ces vibrations.

Comment être bien looké à un festival d’été? Idéalement, on est prévoyant sur la chevelure, première chose qui frappe l’humidité. La mode est à la casquette, on enfile celle-ci. Sinon, on arbore la coiffure de l’heure, soit le duo de la tresse française.

Le manteau k-way est également notre meilleur ami. Il se traine en sac banane, qui est tendance (on doit se l’avouer). Ensuite, il est pratique lors des fraiches soirées d’été ou de la légère pluie.

On porte les espadrilles, question d’être confo et iso côté mosquitos. En plus, ils sont tendances donc on porte fièrement nos New Balance ou nos Adidas.

Profitez bien de votre été et des festivals de votre région! Il y a des tonnes de talents à découvrir, il faut les soutenir!

Un article de
Catherine Brière's Avatar
Catherine Brière

Le Cahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à [email protected]!

Mes articles 
Articles suivants
Article Featured Image

Prendre soin de son p’tit corps: les herbes et les infusions