Croire aux secondes chances

La SAQ nous a mis a au défi de raconter une histoire de deuxième chance, la voici! Dans la mi-vingtaine, c’est parfois difficile de faire des choix de carrière. On veut tout, le plus vite possible, on a peur de se tromper, de ne pas être au bon endroit au bon moment… Ça devient vite stressant! Certains le savent déjà, à l’automne 2014, j’ai quitté mon rôle d’éditrice au blogue LeCahier, ayant envie d’essayer autre chose que la gestion de communauté et le web. J’ai donc trouvé un autre emploi à contrat, je suis partie voir si l’herbe était plus verte ailleurs et, finalement, c’est à la fin dudit contrat que Camille m’a offert mon poste de rêve : éditrice LeCahier à temps plein. J’ai longtemps hésité, en me demandant si c’était une bonne idée d’y retourner ou bien d’essayer de chercher autre chose, d’ajouter une corde à mon arc, me faire de nouveaux contacts, etc. Après de longues discussions, j’ai choisi de revenir. Je ne le regrette pas. Cet emploi rassemble toutes mes passions : l’écriture, la mode, la photo, le marketing, le web, etc. en plus de sans cesse se renouveler avec de nouveaux partenariats excitants, des opportunités inégalées et des expériences inoubliables. Parfois, il faut savoir donner une 2e chance à des projets qui nous tiennent à cœur.

28145292324_25aae0caa0_z

Photo: Vikki Snyder

C’est un peu comme avec l’alcool. Quand on est jeune, on a hâte d’atteindre la majorité pour pouvoir goûter aux vins que nos parents semblent tant apprécier, à la bière qu’on voit entre les mains des plus vieux que nous et aussi des spiritueux qui nous semblent si mystérieux. Mais avouez que c’est rare qu’on sache apprécier un alcool dès la première fois qu’il touche nos papilles. Ça m’a pris quelques reprises avant d’apprécier l’amertume de la bière, les subtilités des arômes du vin et le fort goût d’alcool des spiritueux. Avec le temps, j’ai appris à apprécier et je crois que ce qui suscite le plus de réactions est lorsque je dis que j’aime le scotch et le whiskey. On dirait que plusieurs se sont arrêtés à leur première impression sans redonner une chance à cet alcool. Si vous vous reconnaissez et que ça vous tente de le réessayer, je vous suggère le Bushmills Original, un whiskey irlandais assez léger aux notes épicées. Pour ma part, j’ai commencé à apprécier la saveur du whisky en le dégustant en cocktail. Mes préférés : Whisky Sour et Old Fashioned. C’est ainsi que, peu à peu, j’ai commencé à apprécier ses subtilités jusqu’à apprendre à l’aimer en solo ou sur glace.

bushmill

Source: SAQ

Saviez-vous que les pastilles de goût de la SAQ s’appliquent aussi aux spiritueux fins? Cliquez ICI pour faire le quiz et découvrir laquelle vous correspond le mieux et qui sait, vous pourriez découvrir votre prochain coup de cœur que vous n’auriez pas osé goûter autrement! Par exemple, le Bushmills Original correspond à la pastille « Mi-corsé et fruité », mais vous pourriez commencer avec quelque chose de « Léger et floral » ou y aller pour quelque chose de plus punché avec la pastille de goût « Corsé et fumé ». Les plus curieux pourraient aussi se procurer le coffret-dégustation Découverte Spiritueux Fins, en vente à la SAQ pour une durée limitée (psst ! C’est une belle idée cadeau aussi!) Plus de détails ici.

J’ai donné une 2e chance au blogue et à Camille… Donnera-t-elle une 2e chance au whisky?

Bonne dégustation et n’oubliez pas de consommer intelligemment!

*Cet article est commandité par la SAQ.