Faits Vécus

Quoi, on est déjà en juin ? Avez-vous vu passer le printemps vous ? Moi, juste un automne prématuré… Mais voilà, nous sommes déjà rendus à l’été. Et qui dit été dit soleil, plage… et bikini. Et quand on dit bikini, on dit beachbody.

Ça vous effraie autant qu’à moi, l’été ? Ressentez-vous la même pression que moi ? Le regard des autres sur vous ? Genre, plus qu’à l’habitude ?

J’ai l’air de rien vu de loin. Honnêtement, je sais le corps que j’ai. Je sais qu’à première vue, vous vous demandez bien pourquoi je me plains, de quoi je me plains.

Je le sais, que je ne suis pas grosse. Je ne dis pas le contraire. Mais ce n’est pas parce que je ne suis pas grosse que forcément je n’en aie pas de bourrelets. Ce n’est pas parce que je ne suis pas grosse que je l’aime mon corps.

Habillée, je parais très bien. J’ai de belles formes. Mais toute nue… Je suis loin de l’apprécier autant. Je dis nue… En maillot de bain deux pièces, c’est aussi valorisant que de n’avoir rien sur le dos pour moi. J’essaie d’en prendre de bien beaux, qui vont laisser croire que je l’aime, l’assume à 100%. Mais c’est de la mascarade tout ça. Moi aussi, j’en ai de la cellulite aux fesses, aux cuisses. Et de la bonne, à part de ça. Mon masso adoooore s’y attaquer. Mais pas cette année. Alors je vais devoir m’y habituer. Moi aussi, mes cuisses frottent quand je porte un short ou une jupe. Ce n’est pas parce qu’on ne les voit pas qu’elles ne se touchent pas.

Source image : Unsplash

Parce qu’il y a plusieurs mois, j’ai cessé de m’entraîner. Et je n’ai pas encore eu la volonté de m’y remettre. Depuis déjà un peu plus d’un an, je traîne un 10lbs supplémentaires. 10lbs, ce n’est pas énorme. Mais ça fait toute la différence pour moi. Alors oui, j’ai honte de mes bourrelets, aussi petits peuvent-ils être à vos yeux.

Mais aujourd’hui, j’ai envie de changer mon image de moi. Auprès de moi. Et la vôtre sur vous. Aujourd’hui, j’ai envie de vous dire d’arrêter de vous comparer aux autres filles, aux stars d’Hollywood qui ont droit aux entraîneurs privés, aux mannequins qui ne mangent rien. Aujourd’hui, je veux qu’on accepte ce que la vie nous a donné. Le corps qui nous a été donné. Qu’on soit riche ou pauvre. Qu’on soit grassouillette ou mince. Qu’on ait de larges épaules, un bassin plus proéminent. Qu’on ait de la cellulite, l’intérieur de cuisses tout rouge parce qu’elles frottent une contre l’autre. Aujourd’hui, j’aimerais qu’on puisse finalement profiter des joies de l’été, sans se préoccuper de l’opinion des autres. Aujourd’hui, j’aimerais qu’on accepte enfin ce corps qui est le notre. Qui survit grâce à nos bons soins.

Nous n’en avons qu’un seul corps, peut-être serait-il temps de l’aimer. Vous ne croyez-pas ?

Alors sortez vos maillots et portez-les avec la plus belle fierté du monde. C’est ça que je veux voir cet été sur les plages, des beachbody qui s’assument, qui s’aiment, qui n’ont rien à envier aux petites pitounes du samedi soir. Parce que la confiance, c’est le plus beau corps qu’on puisse porter.

 

Source image principale : Unsplash

Un article de
Jécika Guévremont's Avatar
Jécika Guévremont

Le Cahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à [email protected]!

Mes articles 
Articles suivants
Article Featured Image

Être maman