Arrêter de se dire qu’ailleurs c’est mieux

Depuis mai dernier, j’ai quitté ma ville natale de Gatineau pour faire un stage en publicité à Montréal pour ensuite en poursuivre un autre au blogue Le Cahier. J’avais réellement hâte de vivre, le temps d’un été, la frénésie montréalaise qu’on vend par-dessus tout au reste du Québec et que j’avais déjà connue lors de mes quelques visites. S’ajoute à ça le ultimate best friend goal de partir vivre avec sa meilleure amie, loin des parents et des règlements! Yeah party! Mais bon, tout départ de chez ses parents vient aussi avec des responsabilités plates plates plates comme aller chercher du pain quand il n'y en a plus et dégeler la sauce à spag de ta mère la veille.

Ce n’est pas un mythe, à Montréal l’été, il y a de l’action. Toujours. 7 jours semaine. C’est vendredi le lundi, le mardi, le mercredi, tout le temps. Tu veux aller prendre un verre un dimanche soir ? Pas de problème, y’aura autant d’action qu’un jeudredi. Tu n’as pas à attendre au vendredi ou au samedi pour sortir avec tes amis. Qu’ils soient 19h, minuit ou 3h du matin sur St-Laurent un vendredi, il va pleuvoir du monde je te le garantis. C’est animé partout. J’ai déjà vu une file d’au moins 60 personnes pour des nouilles chinoises sur Saint-Denis passé 3 heures du matin. Faut le faire là!

Ce que j’ai beaucoup aimé aussi, ce sont tous les festivals de Montréal, que ce soit Juste pour Rire, le Festival Mode & design ou tous ceux de musique. Ce sont toujours d’excellents prétextes pour voir ses amis. Et pourtant, chez moi, je n’étais pas vraiment une grosse sorteuse, mais ici, c’est comme si tous les prétextes étaient bons pour se mettre cute et se pointer le nez dehors. C’est ça que Montréal donne le goût de faire : profiter de l’été. C’est super cheezy je vous l’accorde, mais tout au long de l’été, j’avais envie d’être occupée tous les soirs de la semaine par un 5@7, un resto, une expo ou un film.

28519821123_0a920bc4c0_k

Après un été complet ici, je peux dire que je suis tombée sous le charme. De la frénésie. Du bruit. Des métros. Au final, ce que je retiens, c’est que trop souvent avant mon départ, je me disais qu’il n’y avait rien à faire à Gatineau, mon hometown. Que c’était pour ça que je ne sortais pas souvent. Mais c’est faux. Il y en a tout plein de choses à faire dans nos villes. Faut juste les faire pis arrêter d’être blasée (je me parle à moi ici!!!) On idéalise trop souvent les autres villes pour se donner des excuses. Mais profiter de la vie, ça se fait partout tout le temps. Maintenant. Demain. Lundi soir. Mercredi midi. Devant des plantes sauvages même si il faut!

Look:
Camisole – Le Cahier
Kimono – Le Cahier (Obtenez 40% de rabais sur le kimono Virginie avec le code ESTIVAL40)
Photos – Vikki Snyder 

28516553114_c93f46b5c6_k.jpggoodone